Tous les articles par Nicolas

Rendez-vous en Terres Norvégiennes

Des îles, des montagnes, la mer turquoise, de la neige, des plages de sable fin. Un intrus? La neige? Pas dans ce lieu magique non…

Je vous invite à découvrir l’un des joyaux de la Norvège, paradis des randonneurs et des amoureux de la Nature, des maisons de pêcheurs rouges ou jaunes et des poissons suspendus pour sécher à l’air marin, des aurores boréales et des plages perdues.

C’est grandiose toujours, c’est irréel parfois, c’est saisissant comme ses vents, c’est aveuglant comme son blizzard et c’est ici : http://nicolasmazieres.com/iles-lofoten/

Dance Academy

La danse.

Grâce à un ami photographe, Thierry Gaspardi, j’ai pu découvrir la photo de cette discipline lors de plusieurs représentations.

Accueilli  au sein de l’académie Fabienne Rebelle, j’ai eu le plaisir de les suivre aux cours de plusieurs représentations et je tiens à remercie chaleureusement Fabienne mais également toutes ses merveilleuses danseuses, aussi belles que gracieuses, qui font vivre l’art de la danse encore et toujours, pour notre plus grand plaisir.

 

Bravo et merci.

 

http://nicolasmazieres.com/dance-academy/

New-York

Big apple.

Ce surnom n’est pas très loin de la réalité: tel un gros fruit que les humains colonisent de part et d’autre mais dont il est bien difficile de saisir toute l’ampleur.

Capitale du gigantisme à l’américaine, New York est un monstre grouillant de vie où même la nuit résonne du bruit sourd de ses entrailles fumantes.

A l’origine, je n’avais aucune prédisposition pour me retrouver dans un tel endroit, moi qui recherche la nature et la solitude, entrer en communion avec l’environnement qui m’entoure. Mais j’ai décidé de prendre le contre-pied de mes propres idées reçues et j’ai souhaité aborder ma visite là bas comme une sorte de safari en pleine jungle, une jungle urbaine, en appliquant les règles de la photographie de paysages naturels aux paysages artificiels.

Étonnamment, malgré la hauteur des gratte-ciels, nulle sensations de claustrophobie ou même d’oppressions.  A l’exception de certains centres névralgiques, circuler à pied est plaisant: on flâne le long de grandes avenues comme des rues de quartiers arborés. Le métro lui même est bien moins désagréable que dans une ville comme Paris et les gens que l’on y croise sont toujours prêt à aider un pauvre touriste un peu perdu.

Enfin, comment ne pas parler de Central Park? Véritable poumon de cette mégalopole et de tous ces habitants, il est aussi démesuré que la ville elle-même et laissé sous la totale domination des écureuils qui y vivent. Ce havre de paix au milieux du tumulte permanent nous permet de changer en quelques minutes d’univers et retrouver un peu de sérénité, que l’on soit un trader à la limite du burn-out ou juste un touriste en mal de nature.

 http://nicolasmazieres.com/new-york/

Scotland

L’Écosse.

Si elle n’a pas voulu son indépendance politique, il est clair qu’elle a déjà depuis bien longtemps son indépendance culturelle.

Outre sa capitale Édimbourg, véritable musée à ciel ouvert, ce qui passionne le plus un photographe dans cette belle contrée, ce sont les magnifiques paysages des Highlands aux îles de l’ouest (Skye ou Mull par exemple), toute la nature vibre aux sons du climat rude et des lumières extraordinaires.

Les Hommes, à l’image des terres qu’ils possèdent, sont durs mais loyaux, ils ont appris à vivre en harmonie avec la nature qui les entoure. Leurs châteaux s’intègrent parfaitement, comme des zones d’humanités au milieu d’une nature hostile.

Du fin fond des glens jusqu’aux extrémités des lochs, la Nature inspire la sérénité et le respect: une force tranquille, inaltérable, inébranlable mais implacable pour quiconque ne la respecterait pas….

 

http://nicolasmazieres.com/scotland/